jeudi 11 septembre 2014

Variations sur un Starblast

J'ai souvent dit du bien des petits Orion Starblast 114/450. Faciles à transporter, et donnant de belles images grand champ, pour des observations au pieds levé sur la terrasse.

Mais je trouvais la monture encore un peu lourde et massive: 3,5 kg sans le tube.

Voici une petite "esquisse", facile à réaliser, pas mal inspirée des réflexions de Mel Bartel:

http://www.bbastrodesigns.com/ballscopes/ballscopes.html

La monture fait désormais 1kg et on peut même la faire démontable ou pliable.

On pourrait l'appeler le Harp Scope...








The Dobson Factory


jeudi 4 septembre 2014

DF One


C'est l'Ancêtre.

Celui par lequel tout a commencé et le début d'une longue histoire.  Cela ne s'appelait pas encore Dobson Factory, mais c'est le premier dobson que j'ai construit, à l'atelier, au printemps 2005.



J'avais alors un C8, et j'avais découvert par hasard sur le net, les dobsons réalisés par les américains, les Obsessions, Starsystems, etc. J'avais été effaré que l'on puisse penser à construire soi-même son propre télescope, et surtout, par les diamètres, 400, 500...

J'ai tout de suite voulu construire mon propre 400.

En poursuivant mes recherches, je découvrai les dernières réalisations de Mel Bartel, Greg Babcock, Dan Gray. Des dobsons minimalistes, légers, et surtout, au design élégant. Je fus séduit, et décidai de construire quelque chose d'équivalent. Je n'avais jamais vu ni touché un dobson en réalité, mais qu'importe. Tous les détails de la construction étaient disponibles sur le net, grâce à tous ces amateurs qui partageaient leur savoir-faire et leur expérience.

Franck Grière, que j'avais rencontré sur Astrosurf, réalisa le miroir, dans une galette de Duran de 80 mm d'épais qui'il avait récupéré. Ce fut son premier 400, et le début d'une longue histoire, pour lui aussi.

La première lumière eu lieu en Juillet 2005. Ce fut un éblouissement. Un 400, il y a 10 ans, c'était un très grand télescope... Depuis, le C8 n'est plus jamais sorti de sa boite.

C'était sans doute le premier dobson de ce type en Europe: minimaliste, avec base annulaire, flex rocker annulaire, grands tourillons, anneau supérieur simple, barillet en aluminium léger. Sur ce point, les Dobson Factory n'ont pas changé.

Ce 400,  qui reste encore un peu rustique comparé aux Dobson Factory actuels, est toujours mon propre instrument, celui avec lequel j'observe avec plaisir. Malgré une utilisation intensive, il est toujours parfaitement opérationnel.

Un jour, peut-être, quand je serai grand, je me ferai un 600...ou un 800...











Il y a même eu la Dobson Mobile, véhicule spécialement étudié pour le transport "avec style" d'un télescope de grand diamètre:




The Dobson Factory